Lieu d’implantation

Le lieu d’implantation n’est pas encore arrêté.

Mais nous savons d’ores et déjà qu’il devra se situer à proximité d’un réseau de gaz pour y injecter le biométhane que nous produirons.

Il y a deux réseaux de gaz en Châtaigneraie Cantalienne :

  • Le réseau de transport haute pression (65 bars) exploité par Terega achemine le gaz depuis le sud (Decazeville) vers l’agglomération d’Aurillac. Ce réseau peut absorber une très grande quantité de gaz produit par les méthaniseurs, mais la compression du gaz engendre des surcoûts tels qu’ils rendent difficile l’équilibre économique.
  • Le réseau de distribution basse pression de Maurs (4 bars) exploité par GRdF ne distribue aux consommateurs que 20 m3 de gaz par heure en hiver et très peu en été. Cette quantité est trop faible pour un méthaniseur qui injecterait 100 à 130 m3 de gaz par heure, été comme hiver.
  • L’implantation d’un méthaniseur à St Mamet pourrait permettre de mutualiser l’extension du réseau de distribution basse pression jusqu’à St Mamet pour alimenter la laiterie des Fromageries Occitanes, les bâtiments municipaux chauffés au gaz, et d’autres entreprises. C’est ce troisième schéma que nous priorisons actuellement.

Les intrants doivent être collectés dans une zone accessible à moins de 15 minutes en camion depuis l’installation. La carte ci-dessous illustre trois exemple possibles.

 

Nous avons d’ores et déjà identifié une trentaine d’exploitations intéressées, mais toutes ne pourront pas participer au même projet de méthanisation en raison de leur éloignement.

Pour des raisons sanitaires, nous ne pouvons pas mélanger les fumiers de plus de quinze d’élevages par méthaniseur. (Sauf à hygiéniser tous ces fumiers, mais alors le coût de cet hygiénisation serait rédhibitoire).

Le terrain retenu devra remplir les conditions suivantes :

  • Proximité d’un réseau de gaz.
  • Surface de 2,5 hectares.
  • Eloignement des habitations (la règlementation impose un minimum de 50m mais nous recherchons un éloignement supérieur).
  • Hors zone inondable.
  • Faible pente (pour réduire les travaux de terrassement).
  • Accès routier.
  • Proximité d’une route principale permettant de raccourcir le temps de transport.
  • Pas de traversée nécessaire de cœurs de villages pour le transport des matières.
  • Présence du réseau électrique.
  • Faible impact visuel.

Si vous être propriétaire et potentiellement vendeur d’une parcelle qui répond à l’ensemble de ces critères, contactez-nous !

©Michel Pérès/Auvergne-Rhône-Alpes Méthamoly, Saint-Denis sur Coise (42)